Belbéanie

Login:
Password:

Territoires de Belbéanie

Petite Belbéanie ou territoire des hommes de l'ouest

La petite Belbéanie

Le territoire des hommes de l'ouest ou petite Belbéanie est l'endroit de Belbéanie qui se rapproche sans aucun doute le plus de notre monde à l'époque médiévale. Car même si on y retrouve quelques mages, de très rares créatures magiques tels des elfes ou des sirènes, là vivent en plus grand nombre des mortels. Ce lieu a donc vu se développer une société loin de celle des Hauts-Mages et de la magie. Mais, en contradiction, c'est en ce lieu que résident les deux êtres les plus importants à Belbéanie, le Belvanor, le grand faucon, premier des êtres de ce monde, et le Wolkanor, créature mystérieuse aux allures de loup géant. De même, quelques lieux primordiaux des Hauts-Mages se trouvent en ces territoires tel Heimldar, terre de neutralité ou encore le Beltikmane, le sanctuaire de la création. Ainsi, bien que les mortels prédominent en ces lieux, il y réside encore un peu de magie. Elle peut principalement être trouvée au cœur des forêts, comme celles d'Heimldar ou d'Adiosas. Au fil des siècles, la petite Belbéanie est celle qui connut le plus de changements tant géographiques que démographiques.

Sans compter la contrée d'Heimldar, située en plein milieu du territoire, la terre de la petite Belbéanie comprend huit contrées. Le territoire lui-même est délimité par des frontières naturelles, les montagnes du Béort à l'est et la mer marquant les trois autres côtes. Les contrées affichent les mêmes phénomènes, elles sont délimitées par des frontières naturelles, forêts, rivières ou montagnes. Les contrées sont aussi différenciées par leur géographie, leurs caractéristiques et le temps ; alors que l'Alimanie au nord est généralement soumise aux aléas de la pluie, la contrée de Gordalie au sud voit ses journées le plus souvent ensoleillées.

Lorsque les royaumes finiront par naître un à un, ces frontières naturelles seront remplacées par des drapeaux représentant l'emblème du royaume en question.

Une route principale traverse tout le territoire des hommes de l'ouest, elle est appelée : Ëvyek Eskanor, ce qui peut être traduit par : « La route du Haut-Roi ». Ce fut la route empruntée par le tout premier roi Bellcanor lorsqu'il parcourut les contrées de Belbéanie pour rallier tout son peuple et imposer la paix dans l’ensemble du territoire. Cette route passe à proximité de tous les Circléviens, temples de solitude.

Les plus grandes distances du nord au sud sont à peu près de 700 kilomètres dans sa partie la plus large et de 1 200 kilomètres dans sa partie la plus longue.

Maliakami

Territoire oublié de Belbéanie, vous avez pu le découvrir avec Wallaard puis le parcourir avec Eivy et Almar et constater son aspect désertique. Pourtant, il n'en fut pas toujours ainsi. L'île fut jadis aussi somptueuse qu'Alkashyrya. Du temps où la séparation des terres n'avait pas encore eu lieu, ce territoire était rattaché à celui de l'Ardonie. L'un des Hauts-Mages, dont la beauté était sans égale, y avait établi sa demeure et on disait la contrée aussi belle qu'il était beau. Végétation luxuriante, forêts abondantes, monts emplis de vie, chutes d'eau scintillantes, tout n'était que vie et harmonie. Même lorsque la séparation des terres eut lieu, cette contrée demeura idyllique. Tout changea le jour où le Haut-Mage qui régnait sur cette contrée perdit l'amour de sa vie, lui qui s'était laissé aller à succomber aux sentiments humains. Alors, la haine emplit son cœur et plus il sombrait dans la noirceur, plus l'île dépérissait. Puis il finit par abandonner l'endroit mais y laissa sa fille, Maliaka, alors bébé, pour y être élevée à l'abri de tous les regards indiscrets et surtout de la puissance des autres Hauts-Mages qui voyaient déjà en l'enfant une menace pour tout Belbéanie. Elle fut élevée par une des disciples les plus fidèles à son père. Bien que perdant de son éclat, l'île possédait encore nombre d'attraits lorsque Maliaka atteignit l'âge, pour un mage, d'être confirmée dans sa magie et son immortalité. C'est alors qu'elle rejoignit son père en Belbéanie.

Mais tout changea lorsque le père de la jeune femme fut ramené sur le droit chemin par un autre Haut-Mage, et ces derniers se retrouvèrent devant le dilemme que représentait Maliaka. À nouveau réunis, et œuvrant dans la sagesse et la neutralité pour le bien de Belbéanie, les huit Hauts-Mages ne pouvaient laisser la jeune femme errer sur cette terre et répandre une haine et une cruauté sans égales. Mais incapables de par leurs lois de lui infliger la mort, ils l'exilèrent sur l'île qui l'avait vue grandir. C'est alors que le peu de personnes qui habitaient encore cette île virent ce lieu d'harmonie mourir. La haine de Maliaka se répandit sur l'île, détruisant tout sur son passage. Le lieu devint aride, sans vie, une île que le dernier habitant à fuir décrivit comme l'antre du démon. Nul ne saurait approcher ses côtes sans risquer sa vie.

Les montagnes du Béort

Monts aux pics acérés ayant la réputation d’être infranchissables, ils firent leur apparition lors de la séparation des terres ; cette caractéristique géographique semble donc être voulue par les Hauts-Mages. Mais dans quel but ? Est-ce pour protéger la petite Belbéanie des êtres au-delà des montagnes ou au contraire préserver ces derniers de l'influence des mortels ? La deuxième suggestion paraît la plus plausible.

Quoi qu'il en soit, cela n'a jamais empêché les hommes de tenter la traversée de ces monts pour quelque raison que ce soit, bien que dans la plupart des cas, la sécurité de la petite Belbéanie soit souvent au centre des enjeux.

Ainsi, le surnom de « monts infranchissables » devint bien vite quelque peu incorrect car avec le temps, il fut clair que deux routes traversaient la chaîne montagneuse, une au sud et une au nord. Mais les emprunter revient à jouer avec les dés du destin tant la route et le temps sont imprévisibles.

Nulle forme de vie ne peut être rencontrée en parcourant les pics du Béort, mais il est dit que les tréfonds des monts regorgent de cavernes où la vie prolifère, une vie étrange et sans doute hostile. De même, la légende veut qu'au plus profond de la plus profonde caverne se trouvent les marches d'un escalier menant à l'Avienach, domaine des Aniels-Genors.

Avec le temps, cela dit, certains hommes finirent par habiter les montagnes du Béort, mais en bordure uniquement. Après les invasions subies par la petite Belbéanie – des invasions qui, bien que n'étant pas orchestrées par le peuple Kazar, peuple vivant au-delà de la chaîne montagneuse, proviennent souvent de cet endroit aussi –, le Haut-Roi décida d'installer des tours de garde afin de dissuader un quelconque envahisseur. Il en existe huit disposées tout le long de la chaîne des montagnes, en bordure avec la petite Belbéanie. Ces tours sont appelées Ychtaesgena ou tours de garde, elles ont été construites dans la pierre des montagnes afin que nul ne puisse les apercevoir. Mais les guetteurs, eux, sont à l'affût du moindre mouvement au sein des montagnes du Béort et possèdent des cors suffisamment puissants ainsi que des feux qui se voient de très loin pour prévenir d'une invasion. Mais l'histoire de ces tours et leur architecture, c’est une autre aventure que je vous conterai prochainement.